Besoin d'informations ?

Le retour à une vie normale est possible avec des services de garde d’enfant opérationnels


Depuis le début de la crise sanitaire, bon nombre de familles en France, et parisiennes en particulier, rêvent de pouvoir sortir à nouveau et recommencer à vivre. Voire reprendre le travail. La réouverture des écoles n’est pas innocente en ce sens. Mais la situation pour les mois de mai à août est loin d'être à son état initial. Alors que les entreprises rouvrent et que les parents sont confrontés à la réalité de tentative de retour au travail, beaucoup d'entre eux font face à une crise accrue : ils n'ont personne pour la garde de leurs enfants.

La lutte pour la garde d'enfants a été amplifiée

Bilan de la situation liée aux enfants

Toutes les écoles ne reprennent pas au même rythme. Certaines vont même rouvrir juste 3 semaines avant les vacances scolaires... Les garderies sont fermées, et sans doute que votre enfant est trop âgé pour prétendre à cet accueil. Les colonies et autres activités de quartiers ne vont pas reprendre avant les vacances d’été, si tant est qu’elles soient envisageables : contact des enfants entre eux, rassemblement trop nombreux, etc.

Comment faire garder son enfant ?

Ce passage soudain à zéro option de garde d'enfants met une énorme pression sur les parents qui travaillent. Les caciques politiques réaffirment que les grands parents ne sont pas la solution, pour des raisons de santé. Que reste-il à part les agences ? La vérité est qu’une grande partie de la main-d'œuvre reste liée à leur domicile tant que les enfants ne peuvent pas être pris en charge.

Une charge supplémentaire pour les mamans

Et comme d’habitude, les mamans sont les plus pénalisées. A ce titre, une enquête dans un magazine télévisé de début mai révèle que :

A noter que dans l’ensemble des pays industrialisés, un rapport international intitulé « Women’s Policy Research » a révélé que les femmes constituent également la majorité du chômage durant la crise sanitaire.

La charge est d'autant plus présente quand les mamans veulent retourner à la vie professionnelle. Il leur est impératif de les faire garder, quelle que soit la situation. La gent féminine entre dans un nouveau monde, le besoin d'aide est réel. Elles doivent apprendre à déculpabiliser, si cela se produit. D'autres réflexions sont à l'ordre du jour si vous devez reprendre le travail, car il faut vivre harmonieusement cette transition.

Le choix d’une agence deviendra-t-il contraint ?

Outre les défis liés à la garde des enfants et à la répartition du travail domestique, le fait est que la crise sanitaire est loin d'être terminée. Malgré les risques et les difficultés auxquels sont confrontés les parents, beaucoup n’ont pas la possibilité de rester à la maison.

Les solutions de garde d’enfant sont rares

Faire garder vos enfants pendant le télétravail

Certaines familles sont confrontées à des difficultés financières, et elles manquent simplement d'options. D'autres parents peuvent avoir l’impression - à tort – qu’ils ont du mal à jongler avec les services d’une intervenante mandatée par une agence, tout en travaillant à la maison. C’est surtout Valérie, une maman de 2 enfants, qui explique le mieux cette nécessité : « le télétravail et une garde monoparentale ne produisent pas d’équilibre heureux. J'essaie de faire travailler les enfants le matin, puis de les diriger vers des pendant que je travaille. C’est à ce moment, par manque d’attention suffisante, que ça dégénère à la maison ! ».

Jongler entre travail et garde d’enfant

Il est vrai que la vie des parents devant travailler était souvent difficile avant même que le télétravail ne s’impose à la vie quotidienne francilienne. La problématique de la ville de Lyon est du même acabit.

Bien que je n’ai pas lu ce sondage, il paraît qu’en 2019, plus de la moitié des familles auraient déclaré consacrer 15% ou plus du revenu de leur ménage aux services de garde d'enfants. Et 52% ont déclaré penser à l’absence d’intérêt de leurs employeurs quant à leurs besoins en matière de garde d'enfants.

Une chose est claire : si les parents veulent revenir à une situation qui ressemble à la vie normale, ils ont besoin de soutien en matière de garde d’enfant.